Mise en forme des calculs dans Tableau

Cet article décrit comment créer et mettre en forme des calculs dans Tableau. Il répertorie les composants de base des calculs et explique la syntaxe appropriée pour chacun d'entre eux.

Blocs de création de calculs

On distingue quatre composants de base pour les calculs dans Tableau :

  • Fonctions : Instructions utilisées pour transformer les valeurs ou les membres d'un champ.

  • Champs : Dimensions ou mesures (colonnes) de votre source de données.

  • Opérateurs : Symboles indiquant une opération.

  • Expressions littérales : Valeurs constantes représentées « telles quelles », par exemple « Rentable » et « Non rentable ».

    Observez par exemple le calcul suivant :

    IF [Profit per Day] > 000THEN"Highly Profitable"
    ELSEIF[Profit per Day] <= 0THEN"Unprofitable"
    ELSE"Profitable"
    END

    Les composants de ce calcul peuvent être décomposés comme suit :

    Fonctions : IF, THEN, ELSEIF, ELSE et END

    Champ(s) : Profit par jour

    Opérateurs : > et <=

    Expressions littérales :

    • Expressions littérales de chaîne : « Très rentable », « Non rentable » et « Rentable ».
    • Expressions littérales numériques : 2000 et 0

    Notez que tous les calculs n'ont pas besoin de contenir l'ensemble des quatre composants. Par exemple, un calcul peut ne pas contenir une expression littérale, par exemple le calcul SUM([Sales])/SUM([Cost]), qui contient uniquement la fonction SUM, l'opérateur de division (/) et les champs Sales et Cost.

Les calculs peuvent également contenir :

  • Paramètres : Variables d'espace réservé qui peuvent être insérées dans des calculs pour remplacer des valeurs constantes.

  • Commentaires : Remarques sur un calcul ou ses parties, non incluses dans le traitement du calcul.

Pour plus d'informations sur l'utilisation et la mise en forme de chacun de ces composants dans un calcul, consultez les sections ci-dessous.

Présentation générale de la syntaxe des calculs

Composants Syntaxe Exemple

Fonctions

Consultez Fonctions de Tableau (par ordre alphabétique)(Le lien s’ouvre dans une nouvelle fenêtre) pour des exemples de mise en forme de toutes les fonctions dans Tableau.

SUM (expression)

Champs

Un champ dans un calcul est souvent mis entre crochets [ ]. Consultez Syntaxe des champs pour plus d'informations.

[Sales]

Opérateurs

+, -, *, /, %, ==, =, >, <, >=, <=, !=, <>, ^, AND, OR, NOT, ( ). Consultez Syntaxe des opérateurs pour des informations sur les types d'opérateurs que vous pouvez utiliser dans les calculs Tableau, ainsi que leur ordre d'exécution dans une formule.

[Profit] - [Sales]

Expressions littérales

Les expressions littérales numériques sont écrites sous forme de nombres.

Les expressions littérales de chaîne sont écrites avec des guillemets.

Les expressions littérales de date sont écrites avec le symbole #.

Les expressions littérales booléennes sont écrites comme étant vraies ou fausses.

Les expressions littérales Null sont écrites sous forme de valeurs null.

Consultez Syntaxe des expressions littérales pour plus d'informations.

1.3567 ou 27

"Unprofitable"

#August 22, 2005#

true ou false

Null

Paramètres

Un paramètre dans un calcul est entouré de crochets [ ]. Consultez Créer des paramètres pour plus d'informations.

[Profit Bin Size]

Commentaires

Pour entrer un commentaire dans un calcul, entrez deux barres obliques // . Consultez Ajouter des commentaires à un calcul pour plus d'informations.

Vous pouvez ajouter des commentaires multiligne en tapant /* pour commencer le commentaire et */ pour le terminer.

SUM([Sales])/SUM([Profit]) //John's calculation

//To be used for profit ratio

//Do not edit

Présentation détaillée de la syntaxe des calculs

Consultez les sections suivantes pour en savoir plus sur les différents composants de Tableau et leur mise en forme pour une utilisation dans Tableau.

Syntaxe des fonctions

Dans Tableau, les fonctions sont les composants principaux d'un calcul et peuvent être utilisées à diverses fins.

Les fonctions sont colorées en bleu dans les calculs Tableau, à l'exception des fonctions logiques, qui sont colorées en noir.

Chaque fonction dans Tableau requiert une syntaxe particulière. Par exemple, la fonction SUM requiert la syntaxe suivante : SUM(expression) (par exemple SUM([Sales]) ). La fonction PERCENTILE, quant à elle, requiert la syntaxe suivante : PERCENTILE(expression, number) (par exemple PERCENTILE([Sales],0.90) ).

À tout moment dans Tableau, vous pouvez rechercher comment utiliser et mettre en forme une fonction particulière.

Pour ouvrir la liste des fonctions dans Tableau :

  1. Sélectionnez Analyse > Créer un champ calculé.

  2. Dans l'éditeur de calcul qui s'ouvre, cliquez sur l'icône de triangle (dans le coin droit de l'éditeur).

    Vous pouvez naviguer dans la liste de fonctions qui apparaît. Lorsque vous sélectionnez une fonction dans la liste, la section tout à droite se met à jour avec les informations relatives à la syntaxe requise de cette fonction (1) et sa description (2), et avec un ou plusieurs exemples (3).

Utilisation de plusieurs fonctions dans un calcul

Vous pouvez utiliser plus d'une fonction dans un calcul. Par exemple :

ZN(SUM([Order Quantity])) - WINDOW_AVG(SUM([Order Quantity]))

Le calcul comporte trois fonctions : ZN, SUM et WINDOW_AVG.

La fonction ZN et la fonction WINDOW_AVG sont séparées par l'opérateur de soustraction (-).

Une fonction peut également faire partie d'une autre fonction (ou être imbriquée), comme c'est le cas de la partie ZN(SUM([Order Quantity])) dans l'exemple ci-dessus. Dans ce cas, la partie SUM de Order Quantity est calculée avant la fonction ZN parce qu'elle est entre parenthèses. Pour savoir pourquoi, consultez Parenthèses.

Syntaxe des champs

Vous pouvez insérer des champs dans vos calculs. Souvent, la syntaxe d'une fonction indique où un champ doit être inséré dans un calcul. Par exemple : SUM(expression).

Les noms des champs doivent être placés entre crochets [ ] dans un calcul lorsque le nom du champ contient un espace ou n'est pas unique. Par exemple : [Catégories de ventes].

Le type de fonction que vous utilisez déterminera la type de champ utilisé. Par exemple, avec la fonction SUM, vous pouvez insérer un champ numérique, mais vous ne pouvez pas insérer un champ de date. Pour plus d'informations, consultez Comprendre les types de données dans les calculs Tableau.

Les champs que vous choisissez d'inclure dans vos calculs dépendent aussi de la finalité du calcul. Par exemple, si vous souhaitez calculer un taux de rentabilité, votre calcul utilisera les champs Sales (Ventes) et Profit (Bénéfice) issus de votre source de données :

SUM([Sales])/SUM([Profit])

Pour ajouter un champ à un calcul, effectuez l'une des opérations suivantes :

  • Faites-le glisser du volet Données ou de la vue et déposez-le dans l'éditeur de calcul.

  • Dans l'éditeur de calcul, entrez le nom du champ. Remarque : l'éditeur de calcul tente de renseigner automatiquement les noms de fichier.

Les champs sont colorés en orange dans les calculs Tableau.

Syntaxe des opérateurs

Pour créer des calculs, vous devez comprendre les opérateurs pris en charge par Tableau. Cette section décrit les opérateurs de base disponibles et l'ordre (priorité) dans lequel ils sont appliqués.

Les opérateurs sont colorés en noir dans les calculs Tableau.

+ (addition)

L'opérateur + signifie une addition lorsqu'il s'applique à des nombres, et une concaténation lorsqu'il s'applique à des chaînes. Lorsqu'il s'applique aux dates, il peut être utilisé pour ajouter un nombre de jours à une date. Par exemple :

7 + 3

Profit + Sales

'abc' + 'def' = 'abcdef'

#April 15, 2004# + 15 = #April 30, 2004#

– (subtraction)

L'opérateur - signifie une soustraction lorsqu'il s'applique aux nombres et de négation lorsqu'il s'applique à une expression. Lorsqu'il s'applique aux dates, il peut être utilisé pour soustraire un nombre de jours d'une date. Il peut donc être utilisé pour calculer la différence de jours entre deux dates. Par exemple :

7 - 3

Profit - Sales

-(7+3) = -10

#April 16, 2004# - 15 = #April 1, 2004#

#April 15, 2004# - #April 8, 2004# = 7

* (multiplication)

L'opérateur * signifie une multiplication numérique. Par exemple, 5 * 4 = 20.

/ (division)

L'opérateur / signifie une division numérique. Par exemple, 20 / 4 = 5.

% (modulo)

L'opérateur % renvoie le reste d'une opération de division. Par exemple, 9% 2 renvoie 1 parce que 9 inclut 4 fois 2, avec un reste de 1. Le modulo peut uniquement fonctionner avec les nombres entiers.

= =, =, >, <, >=, <=, !=, <>(comparaisons)

Ce sont des opérateurs de comparaison de base qui peuvent être utilisés dans des expressions. Leur signification est la suivante : = = ou = (égal à), > (supérieur à), < (inférieur à), >= (supérieur ou égal à), <= (inférieur ou égal à), != et <> (différent de).

Chaque opérateur compare deux nombres, dates ou chaînes, et renvoie une valeur TRUE, FALSE ou NULL.

^ (puissance)

Ce symbole correspond à la fonction POWER. Il élève le nombre à la puissance indiquée.

Par exemple :

6^3 = 216

AND

Il s'agit d'un opérateur logique. Une expression ou une valeur booléenne doit apparaître de chaque côté. Par exemple,

IIF(Profit =100 AND Sales =1000, "High", "Low")

Si les deux expressions sont TRUE (c'est-à-dire, différentes de FALSE et NULL), le résultat est TRUE. Si l'une des expressions est NULL, le résultat est NULL. Dans tous les autres cas, le résultat obtenu est FALSE.

Si vous créez un calcul dans lequel le résultat d'une comparaison AND s'affiche dans une feuille de calcul, Tableau affiche les valeurs TRUE et FALSE. Si vous voulez modifier cela, utilisez la zone de mise en forme dans la boîte de dialogue Mettre en forme.

L'opérateur AND utilise "l'évaluation de court-circuit". Cela signifie que si la première expression est évaluée comme étant TRUE, la seconde expression n'est pas du tout évaluée. Cela peut être utile si la seconde expression renvoie une erreur lorsque la première expression est TRUE, car dans ce cas-là, la seconde expression n'est jamais évaluée.

OR

Il s'agit d'un opérateur logique. Une expression ou une valeur booléenne doit apparaître de chaque côté. Par exemple,

IIF(Profit =100 OR Sales =1000, "High", "Low")

Si l'une des expressions est TRUE, le résultat est TRUE. Si les deux expressions sont FALSE, le résultat est FALSE. Si les deux expressions sont NULL, le résultat est NULL.

Si vous créez un calcul dans lequel le résultat d'une comparaison OR s'affiche dans une feuille de calcul, Tableau affiche les valeurs TRUE et FALSE. Si vous voulez modifier cela, utilisez la zone de mise en forme dans la boîte de dialogue Mettre en forme.

L'opérateur OR utilise "l'évaluation de court-circuit". Cela signifie que si la première expression est évaluée comme étant TRUE, la seconde expression n'est pas du tout évaluée. Cela peut être utile si la seconde expression renvoie une erreur lorsque la première expression est TRUE, car dans ce cas-là, la seconde expression n'est jamais évaluée.

NOT

Il s'agit d'un opérateur logique. Il peut être utilisé pour inverser logiquement une autre expression ou valeur booléenne. Par exemple,

IIF(NOT(Sales = Profit),"Not Equal","Equal")

Priorité des opérateurs

Tous les opérateurs d'un calcul sont évalués dans un ordre spécifique. Par exemple, 2*1+2 est égal à 4 et non pas à 6, parce que la multiplication est effectuée avant l'addition (l'opérateur * est toujours évalué avant l'opérateur +).

Si deux opérateurs possèdent le même niveau de priorité (par exemple l'addition et la soustraction (+ ou -)), ils sont évalués de gauche à droite dans le calcul.

Les parenthèses peuvent être utilisées pour changer l'ordre de priorité. Consultez la section Parenthèses pour en savoir plus .

Priorité Opérateur
1 – (inversion logique)
2 ^ (puissance)
3 *, /, %
4 +, –
5 ==, >, <, >=, <=, !=
6 NOT
7 AND
8 OR

Parenthèses

Les parenthèses peuvent être utilisées selon les besoins pour changer l'ordre de priorité. Les opérateurs qui apparaissent entre parenthèses sont évalués avant ceux situés à l'extérieur de celles-ci, en commençant par les parenthèses situées les plus à l'intérieur vers l'extérieur.

Par exemple, (1 + (2*2+1)*(3*6/3) ) = 31 parce que les opérateurs situés dans les parenthèses les plus intérieures sont exécutées en premier. Le calcul est effectué dans l'ordre suivant :

  1. (2*2+1) = 5
  2. (3*6/3) = 6
  3. (1+ 5*6) = 31

Syntaxe des expressions littérales

Cette section décrit la syntaxe correcte si vous utilisez des expressions littérales dans des calculs Tableau. Une expression littérale correspond à une valeur constante qui est représentée « en l'état ». Lorsque vous utilisez des fonctions, vous désirez parfois utiliser des expressions littérales pour représenter des nombres, des chaînes, des dates, etc.

Par exemple, lorsque vous avez une fonction dans laquelle votre donnée est une date. Plutôt que d'entrer simplement « May 1, 2005 », qui serait interprété comme une chaîne, vous allez entrer #May 1, 2005#. Cela revient à utiliser une fonction de date pour convertir l'argument d'une chaîne en une date (consultez Fonctions de date).

Vous pouvez utiliser des expressions littérales numériques, de chaîne, de date, booléennes et Null dans les calculs Tableau. Chaque type ainsi que sa mise en forme sont décrits ci-dessous.

Les expressions littérales sont colorées en noir et gris dans les calculs Tableau.

Expressions littérales numériques

Une expression littérale numérique est écrite sous forme de nombre. Par exemple, pour entrer le nombre un comme expression littérale numérique, entrez 1. Si vous souhaitez entrer le nombre 0.25 comme expression littérale numérique, saisissez 0.25.

Expressions littérales de chaîne

Une expression littérale de chaîne peut être saisie à l'aide de guillemets simples ou doubles. Si votre chaîne comporte des guillemets simples ou doubles, doublez-les simplement. Par exemple, pour entrer la chaîne « cat » comme expression littérale de chaîne, entrez ‘cat’ ou “cat”.

De plus, si vous souhaitez entrer la chaîne « She’s my friend. » comme expression littérale de chaîne, entrez ‘She’s my friend.’ ou “She’s my friend.”

Expressions littérales de date

Les expressions littérales de date sont identifiées par le signe (#). Pour entrer la date « August 22, 2005 » en tant que date littérale, entrez la date au format ISO #2005-08-22#.

Expressions littérales booléennes

Les expressions littérales booléennes sont écrites comme étant vraies ou fausses. Pour entrer « true » en tant qu'expression littérale booléenne, entrez true.

Expressions littérales Null

Les expressions littérales Null sont écrites sous forme de valeurs null. Pour entrer « Null » comme expression littérale Null, entrez Null.

Ajouter des paramètres à un calcul

Les paramètres sont des variables d'espace réservé qui peuvent être insérées dans des calculs pour remplacer des valeurs constantes. Lorsque vous utilisez un paramètre dans un calcul, vous pouvez exposer un contrôle de paramètre dans une vue ou un tableau de bord pour permettre aux utilisateurs de modifier la valeur de façon dynamique.

Pour plus de détails, consultez Utiliser un paramètre dans un calcul.

Les paramètres sont colorés en violet dans les calculs Tableau.

Remarque : vous ne pouvez pas créer des paramètres lorsque vous modifiez une vue sur le Web.

Ajouter des commentaires à un calcul

Vous pouvez ajouter des commentaires à un calcul pour entrer des notes sur le calcul ou ses parties. Notez que les commentaires ne sont pas inclus dans le traitement du calcul.

Pour ajouter un commentaire à un calcul, entrez deux barres obliques (// ).

Par exemple :

SUM([Sales])/SUM([Profit]) //John’s calculation

Dans cet exemple, //John’s calculation est un commentaire.

Un commentaire commence au niveau des deux barres obliques (//) et se termine en fin de ligne. Pour poursuivre le calcul, vous devez démarrer une nouvelle ligne.

Vous pouvez écrire un commentaire multiligne en commençant le commentaire par une barre oblique suivie d'un astérisque (/*) et en le terminant par un astérisque suivi d'une barre oblique (*/). Par exemple :

SUM([Sales])/SUM([Profit]) /* John's calculation
To be used for profit ratio
Do not edit */

Les commentaires sont colorés en gris dans les calculs Tableau.

Comprendre les types de données dans les calculs Tableau

Tableau prend en charge les types de données suivants : chaîne, date/heure, nombre et valeurs booléennes. Si vous créez vous-même des champs calculés, vous devez savoir comment utiliser et combiner les différents types de données dans les calculs. De nombreuses fonctions qui sont disponibles lorsque vous définissez un calcul ne fonctionnent que lorsqu'elles sont appliquées à des types de données spécifiques.

Par exemple, la fonction DATEPART() n'accepte que le type de données date/heure comme argument. Vous pouvez ainsi entrer DATEPART('year',#2004-04-15#) et obtenir un résultat valide : 2004. Vous ne pouvez pas entrer DATEPART('year',"Tom Sawyer") et obtenir un résultat valide. Cet exemple renvoie une erreur, car "Tom Sawyer" correspond à une chaîne, et non à une date/heure.

Remarque : bien que Tableau tente de valider tous les calculs, certaines erreurs de types de données ne sont pas détectées tant que la requête n'est pas exécutée par rapport à la base de données. Ces problèmes apparaissent sous la forme de boîtes de dialogue d'erreur au moment de la requête plutôt que dans la boîte de dialogue Calculs.

Les types de données pris en charge par Tableau sont décrits ci-dessous. Reportez-vous à Conversion de type pour en savoir plus sur la conversion des types de données.

STRING

Une séquence constituée de zéro ou plusieurs caractères. Par exemple, "Wisconsin", "ID-44400", et "Tom Sawyer" sont des chaînes. Les chaînes sont identifiées par des guillemets simples ou doubles. Il est possible d'inclure des guillemets dans une chaîne en les doublant. Par exemple : ‘O''Hanrahan’.

DATE/DATETIME

Une date ou une heure. Par exemple « January 23, 1972" ou « January 23, 1972 12:32:00 AM". Si vous souhaitez qu'une date manuscrite soit interprétée comme une date/heure, placez le signe # de chaque côté de celle-ci. Par exemple, “January 23, 1972” est considéré comme une chaîne, mais #January 23, 1972# est considéré comme une date/heure.

NUMBER

Dans Tableau, les valeurs numériques sont soit des entiers, soit des nombres à virgule flottante.

Avec les nombres à virgule flottante, certaines agrégations peuvent donner des résultats quelque peu inattendus. Par exemple, il se peut que la fonction Somme renvoie une valeur telle que -1.42e-14 pour une colonne de nombres dont la somme devrait logiquement être 0. Cela se produit car le standard en virgule flottante 754 de l'IEEE (Institut des Ingénieurs Electroniciens et Electriques) demande que les nombres soient enregistrés dans un format binaire, ce qui signifie qu'ils sont parfois arrondis à des niveaux de précision très fins. Vous pouvez éviter cette distraction potentielle en mettant en forme le nombre de manière à afficher moins de décimales. Pour plus d'informations, consultez Fonctions de Tableau (par catégorie)(Le lien s’ouvre dans une nouvelle fenêtre) et sélectionnez Nombres.

Pour la même raison, les opérations qui testent l'égalité de valeurs à virgule flottante peuvent donner des résultats inattendus. Ces comparaisons peuvent se produire si vous utilisez des expressions à niveau de détail, comme des dimensions, lors du filtrage des catégories, la création de groupes ad-hoc, la création d'ensembles IN/OUT et la fusion de données.

Remarque : le nombre entier 64 bits signé le plus important est 9 223 372 036 854 775 807. Lorsque vous vous connectez à une nouvelle source de données, toute colonne dont le type de données est défini sur Nombre (entier) peut inclure des valeurs jusqu'à cette limite. Pour des valeurs plus importantes, étant donné que Nombre (entier) n'utilise pas de virgule flottante, Tableau affiche « Null ». Lorsque le type de données est défini sur Nombre (décimal), des valeurs plus grandes peuvent être acceptées.

BOOLEAN

Un champ contenant les valeurs TRUE ou FALSE. Une valeur inconnue apparaît lorsque le résultat d'une comparaison n'est pas connu. Par exemple, l'expression 7 > Null renvoie une valeur inconnue. Les valeurs booléennes inconnues sont automatiquement converties en valeurs Null.

Consultez également

Comprendre les calculs dans Tableau

Créer un champ calculé simple

Démarrer avec les calculs dans Tableau

Merci de vos commentaires !