Ressources organisationnelles

Ce contenu fait partie de Tableau Blueprint, un cadre de maturité vous permettant d’approfondir et d’améliorer la façon dont votre organisation utilise les données pour générer de l’impact. Pour commencer votre voyage, faites notre évaluation(Le lien s’ouvre dans une nouvelle fenêtre).

La création de ressources organisationnelles, comme un guide de style, ou encore des modèles de classeurs avec des polices, couleurs et espacements prédéfinis, permet d’aider vos utilisateurs à adopter les meilleures pratiques de la visualisation. Il est important pour les utilisateurs Creator et Viewer de comprendre ce qui est « optimal » et d’avoir des références communes sur la meilleure façon de procéder pour développer, fournir et utiliser le contenu. Les responsables de la communauté doivent diffuser le contenu dans l’ensemble de l’entreprise et partager les ressources adéquates sur votre Intranet d’habilitation Tableau.

Vous pouvez accélérer considérablement l’adoption en fournissant aux utilisateurs du contenu qui semble familier. De plus, vous pouvez renforcer la confiance des consommateurs en produisant du contenu reconnaissable qui fait partie d’une marque. Les thèmes de base à garder à l’esprit lors de la conception de votre norme sont le texte, la couleur et la cohérence.

  • Texte : L’utilisation du texte ne se limite pas aux polices personnalisées; elle concerne également l’utilisation de texte et de lettrage pour améliorer votre analytique et votre mise en récit afin d’améliorer la reconnaissance cognitive de l’analytique.
  • Couleur : Utilisez des palettes de couleurs personnalisées et capitalisez sur les associations préexistantes pour accélérer l’exploration. De plus, tenez compte des meilleures pratiques en matière de daltonisme et limitez la quantité de couleurs discrètes sur un tableau de bord. Utilisez une palette de couleurs neutres et utilisez les couleurs de votre marque pour faire ressortir des éléments spécifiques sur un tableau de bord si votre marque a des couleurs vives, au lieu de les utiliser pour les couleurs principales.
  • Cohérence : La cohérence ne signifie pas qu’il faut avoir un ensemble de visualisations ou de tableaux de bord identiques. Réfléchissez à la façon de transmettre la même apparence tout en laissant place au design et à la créativité.

Rappelez-vous que vous ne devriez jamais sacrifier l’analyse efficace au profit du design ou des éléments stylistiques avant de créer votre norme de marque d’entreprise. Alors que certains éléments de conception peuvent réellement augmenter la valeur analytique, vous ne devriez jamais faire quelque chose qui semble bon au détriment de la performance ou de la fonctionnalité.

Guide de style visuel

Vos utilisateurs savent-ils à quoi ressemble un excellent tableau de bord? En publiant un guide de style visuel, vous donnerez à vos utilisateurs une longueur d’avance sur le design, ainsi que des conseils sur la façon de différencier le contenu ponctuel et certifié, les polices et les couleurs de marque à utiliser, et d’autres options de mise en forme. Ce guide de style peut être un document ou un classeur Tableau.

Modèle de mise en page de tableau de bord

Les modèles de mise en page de tableau de bord aident les utilisateurs Creator à assembler des tableaux de bord épurés en ajoutant leurs feuilles individuelles dans des conteneurs de mise en page prédéfinis. Vous pouvez télécharger des exemples de mises en page de tableaux de bord à partir de Tableau Public et les personnaliser avec votre propre logo et vos propres couleurs.

Mise en page de tableau de bord

Liste de vérification de tableau de bord

Vous ne distribueriez pas de documents aux intervenants sans les processus appropriés d’examen, de révision et de diffusion, et la même chose s’applique aux tableaux de bord. Ils doivent être examinés et validés avant de pouvoir être promus et certifiés.

La première personne qui devrait valider le contenu est son auteur. Les auteurs devraient également solliciter les commentaires du public cible. Cela peut se faire dans un groupe de rétroaction informel ou en partageant un lien vers le classeur et en accueillant tous commentaires. Aucun tableau de bord n’est correct la première fois. Le temps et la collaboration sont des moyens idéaux pour se concentrer sur la meilleure représentation de vos données. Les opinions des autres apporteront de nouvelles perspectives. Posez-vous les questions suivantes :

  • De quel type de moyen formel ou informel avons-nous besoin pour recueillir des commentaires?
  • Comment pouvons-nous encourager une conversation constructive?
  • A-t-on consacré du temps à recueillir des commentaires, des améliorations et des itérations?

Créez une liste de contrôle du tableau de bord pour aider les utilisateurs à appliquer les meilleures pratiques visuelles, et une conception cohérente avec un guide de style. Chaque créateur de contenu devrait appliquer la liste de contrôle de vos normes organisationnelles à son travail avant de le partager avec d’autres.

Les gestionnaires de données interviennent également pour vérifier la pertinence d’une source de données intégrée et son aptitude à être publiée et certifiée. Au-delà de l’exactitude des données et des calculs, la validation du contenu doit également inclure un examen du choix de la marque, de la mise en page, de la mise en forme, des performances, des filtres, des actions du tableau de bord et des comportements des cas périphériques par l’administrateur de site ou le responsable du projet.

Liste de contrôle des métadonnées

La liste de contrôle des métadonnées ci-dessous présente les meilleures pratiques pour l’organisation d’une source de données publiée, comme l’indique l’article sur La gouvernance dans Tableau. En définissant des normes à l’aide de cette liste, vous pourrez mettre en place un accès aux données en libre-service sous gouvernance dans l’entreprise, à la fois convivial et facile à comprendre. Avant de créer un extrait ou une source de données publiée dans Tableau, servez-vous de la liste de contrôle suivante pour le modèle de métadonnées :

  • Valider le modèle de données
  • Filtrer et dimensionner en fonction de l’analyse
  • Utiliser des conventions de nommage standard et conviviales
  • Ajouter des synonymes de champs et des suggestions personnalisées pour Parlez aux données
  • Créer des hiérarchies (chemins d’exploration)
  • Définir les types de données
  • Appliquer la mise en forme (dates et nombres)
  • Définir la date de début de l’exercice, le cas échéant
  • Ajouter de nouveaux calculs
  • Supprimer les calculs en double ou de test
  • Entrer les descriptions des champs sous forme de commentaires
  • Agréger au niveau le plus élevé
  • Cacher les champs inutilisés

Directives de présentation

La dernière étape de l’analyse des données consiste à extraire l’information exploitable et à la communiquer à d’autres personnes. Les gens devraient être en mesure de présenter un tableau de bord et d’articuler clairement un message guidé par les données au cours d’une réunion ou d’une présentation, peu importe le niveau de compétences en matière de données. La conception de graphiques pour la présentation nécessite des considérations spéciales parce qu’un graphique complexe qui fonctionne pour vous sur votre écran d’ordinateur portable ne fonctionnera pas dans une présentation.

Tenez compte de l’objectif principal du graphique lorsque vous partagez des idées. Quel est le message principal? Dans l’exemple ci-dessous, les graphiques montrent les cas de paludisme en Zambie à la suite des travaux de l’organisation mondiale à but non lucratif, PATH. Le message clé, c’est la réduction de 93 % du nombre de cas; remarquez comment cela est indiqué très clairement sur la diapositive.

Conclusion énoncée avec visualisation

Pensez à la durée du graphique à l’écran. Bien que vous puissiez comprendre intimement le graphique, votre public le verra pour la première fois. Vous devez prendre le temps d’expliquer le graphique si vous voulez montrer un graphique complexe. L’exemple du paludisme ci-dessus peut être compris rapidement en raison de la conclusion visuelle et déclarée. Une bonne règle de base est qu’un graphique devrait être compréhensible par votre public en moins de la moitié du temps qu’il est sur l’écran.

Votre public doit être en mesure de lire les parties pertinentes de votre graphique. Les polices par défaut sont très petites, car elles sont conçues pour être visionnées sur un ordinateur portable ou un moniteur. Ces tailles de police ne fonctionnent pas sur les grands écrans. Deux versions du même graphique sont présentées ci-dessous. Le graphique de droite possède des polices assez imposantes pour être lues par tout le monde dans la salle.

Légende intégrée à la visualisation

Vous devriez utiliser la couleur très judicieusement pour mettre en évidence votre message. Imaginez que vous faites le suivi des clients en fonction du jour de la semaine et que vous voulez souligner le fait que les fins de semaine comptent beaucoup moins de clients que les jours de semaine. Le tableau de gauche (ci-dessous) transmet le plus efficacement ce message. Il utilise un schéma de couleur simple pour transmettre une idée beaucoup plus clair que celui sur la droite.

Couleur utilisée pour l’accent c. trop de couleur

Posez-vous les questions suivantes avant de présenter vos idées dans des graphiques :

  • Avez-vous ajouté des conclusions sur l’état pour raconter l’histoire dans les données?
  • Les polices peuvent-elles être lues à partir du fond de la salle dans laquelle vous effectuez votre présentation?
  • La couleur est-elle utilisée pour mettre en évidence votre message plutôt que comme décoration?
  • Le graphique est-il assez simple pour être compris pendant qu’il apparaîtra à l’écran?

Le principal point à retenir est qu’un tableau de bord ou un graphique analytique complexe, conçu pour les écrans de bureau, n’est presque jamais le bon choix pour partager des idées lors de réunions ou de présentations.

Merci de vos commentaires!Votre commentaire s été envoyé avec succès. Merci!